Caen 2014 -- Alternative à Gauche

Bulletin de santé : deux médecins candidats sur la liste expliquent nos projets

Comission Santé, avec Monique Simon et Claude Tillard
Monique Simon et Claude Tillard, médecins à Caen, expliquent le sens de leur engagement sur la liste L'alternative à gauche et proposent des pistes pour une intervention municipale dans le domaine de la santé.
(déposé le 2014-03-05)

Pouvoir se soigner dans le contexte actuel où le chômage et la précarité augmentent tandis que la protection sociale recule, de même que les services publics, peut devenir bien difficile et amène de nombreuses personnes à y renoncer. De la même façon beaucoup renoncent à toucher le RSA ou à avoir la CMU tellement cela demande de démarches. Or le droit à la protection de sa santé est un droit fondamental .

Actuellement une partie de la population n’a pas un accès correct aux soins à cause de faibles revenus un peu au-dessus du plafond permettant d’avoir la CMU, mais pas assez élevés pour avoir une mutuelle. Il existe certes une Aide à la Complémentaire Santé (ACS) très peu connue et utilisée par les personnes concernées, en particulier car le choix de la mutuelle est très complexe, et que les personnes ne sont pas ou très peu guidée dans ce choix, à part par la cellule DETRES de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie du Calvados.

Dans les quartiers les plus défavorisés de Caen ont été créées des Zones Franches Urbaines où se sont installés des professionnels de santé. Ils bénéficient d’exonérations sur leurs revenus et sur leurs charges sociales. Est-il normal que certains médecins soient en secteur 2 ? c’est à dire qu’ils dépassent le tarif de remboursement de la sécurité sociale et ceci dans les quartiers les plus pauvres !!!!!

La santé n’est pas une marchandise.

Nous sommes sur cette liste car l’Alternative à gauche défend le droit à l’accès à un revenu décent, le droit au logement, à l’emploi, à des conditions de vie décente, à l’accès à la culture , tous ces droits concourant à la santé . Certes la commune n’a pas compétence dans le champ de la santé mais peut mettre en œuvre des actions et des politiques influant sur divers élément déterminants de santé : logement, nutrition, environnement.

Ce que nous souhaitons ce n’est pas la médecine actuelle à 2 voire 3 vitesses mais un même accès aux soins pour tous sans dépassement d’honoraires, sans médecine à l’acte, sans stigmatisation des plus pauvres. Il y a bien la Protection Maternelle Infantile, le centre de planification, le service universitaire de médecine préventive, pourquoi pas des centres municipaux de santé ?

Voilà ce que nous proposons dans notre municipalité pour un même accès aux soins pour tous :

  • Prendre position dans les instances décisionnelles en faveur du service public, particulièrement au niveau du CHU :
  • Lutter contre le partenariat public/ privé, favoriser un financement public direct.
  • Voter pour l’augmentation du personnel soignant
  • Favoriser un accès simple à l’information, en particulier sur l’accès aux droits et aux services de santé : des points infos 14 généralistes ont été mis en place en milieu rural mais très peu..
  • Favoriser le développement de l’information pour que les habitants connaissent et puissent faire respecter leurs droits. La cellule DETRESS permet de recouvrer des droits à la SS mais il manque en ville une centralisation des informations en matière de droits avec des lieux d’information généralistes, proposant entre autre des informations sur l’accès à la santé.
  • Créer un observatoire des droits en matière de santé en recueillant les difficultés d’accès aux soins, les besoins dans le domaine de la prévention , du maintien de la santé , les abus avec un médiateur indépendant
  • Maintenir le tissu associatif au moins dans le domaine de la santé par au minimum un maintien des subventions voire une hausse.
  • Créer des centres de santé municipaux regroupant divers professionnels de santé : médecins généralistes, infirmiers, kinés, des spécialistes, un dentiste, un orthodontiste, des sages-femmes, des spécialistes venant du CHU pour des vacations, du personnel administratif pour l’accueil, l’information 
    • où il existe un véritable coordination des soins entre soignants & administratifs
    • où se pratiquent des actions de prévention, de santé publique, de dépistage, d’éducation thérapeutique du patient qui lui permette une véritable prise en charge de sa santé.
    • où les professionnels sont salariés & où se pratique le tiers-payant pour tous.
    • où les citoyens sont partie prenante grâce à un comité d’usagers .

A Caen fleurissent des PSLA : pôles de santé libérale ambulatoire, pourquoi pas, mais à côté, alors qu’avec la loi sur l’accessibilité le centre de Caen risque de se désertifier ne pourrait-on saisir cette opportunité pour créer un centre municipal de santé qui aille au-delà des PSLA qui ne sont que de simples projets immobiliers ?

A Caen le 4 mars 2014

Claude Tillard & Monique Simon